jeudi 24 janvier 2008

Nouvelle cuisine

Un soir de janvier, après une dure et longue journée de boulot.

Je prépare ma fameuse recette de pâtes au basilic lorsqu’elle me rejoint dans la cuisine. Je n’aime pas que l’on traine dans mes pattes lorsque je cuisine et elle le sait. J’inspire un grand coup et essaie de faire bonne figure malgré une irritation que je peine à contenir. Elle s’amuse de mon irritation, m’embrasse dans le cou, passe la main sous mon t-shirt pour me caresser le dos. Mi-excité, mi-irrité, je laisse faire. Je manque tout de même me couper un doigt lorsqu’elle desserre ma ceinture et que sa main trouve le chemin de ma queue, tout en continuant le récit pittoresque de sa journée de travail. Elle me branle ainsi un long moment pendant que je m’active aux fourneaux.

Peu à peu mon désir monte, jusqu’à atteindre des hauteurs stratosphériques. Elle a encore gagné. Je me rends. Je lâche couteaux et casseroles, et la plaque contre le mur. En un instant nous nous retrouvons pratiquement nus. Mes mains qui parcourent son corps et caressent ses courbes dégagent une forte odeur de basilic frais, s’imprimant sur sa peau et donnant à ses seins une saveur inédite. Elle me lance un regard médusé lorsque, n’écoutant que mes pulsions, je saisis quelques feuilles de basilic que je frotte contre sa peau. Ses seins, son ventre, ses cuisses, ses fesses portent désormais ce parfum dont je n’aurais jamais soupçonné qu’il aurait sur moi quelques effets aphrodisiaques. Je ne sais plus si j’ai envie de la baiser ou de la dévorer. Etranges pulsions de cannibalisme. Désirs fulgurants.

Ma bouche dévore sa croupe. Son corps se contracte lorsque mes dents laissent leurs marques sur ces fesses blanches. Puis se relâche lorsque ma langue s’insère dans son intimité. A la fois frustré et excité par ses sensations nouvelles, je la prends violemment contre le mur.

Ecroulés contre le mur de la cuisine, le corps las et les jambes tremblantes, nous sommes tirés de notre rêverie par une étrange odeur, mélange d’épices, de sperme et de brûlé.

28 commentaires:

la dame du bac a dit…

Hum. Note pour moi-même :
- ne plus jamais vous lire au bureau ;
- ne plus jamais vous lire le ventre creux ;
(je ne vous félicite pas !)
:p

Kinky a dit…

@ la dame du bac :
Me lire au bureau ? Je ne vous félicite pas non plus. J'espère au moins que vous en faites profiter les collègues !

la dame du bac a dit…

Certainement pas, je fais comme vous, je garde tout le plaisir pour moi ! :p

noir intense 35 a dit…

Tiens un homme qui cuisine, vous m'en voyez ravie, je crois même que nous allons finir par nous échanger des recettes...

Miss S a dit…

C'est sûr, le meilleur c'est le piment.
euh, non, le basilic.
:)
J'ai faim moi.

choupa&Choup a dit…

C'est dommage d'avoir cramé le gâteau, mais bon, cela se comprend vu l'ardeur de votre étreinte.
bisoux au cuistot.
Choupa

Gicerilla a dit…

Hum, je me disais justement que j'avais faim et rien à manger ! Dites, vous ne donneriez pas des cours de cuisine des fois, car mitron alors pour vous je veux bien devenir...

Miss Pélisse a dit…

Tiens votre texte parle aussi de nourriture... Marrant comme nos idées concordent.

aliana a dit…

Heureusement que c'était de la cuisine au basilic et pas au piment...

Fée d'Hiver a dit…

Mais, vous revenez en force !
A croire que l'hiver vous réussit ...

Kinky a dit…

@ la dame du bac :
**sourire**

@ noir intense 35 :
Ne vous emballez pas, je ne cuisine que les pâtes et je ne fais pas la vaisselle.

@ miss s :
Moi aussi...

@ choupa :
ça valait la peine ;-)

@ gicerilla :
Je vais d'abord prendre quelques cours moi-même ;-)

@ miss pelisse :
Les grands esprits se rencontrent dit-on...

@ aliana :
Effectivement, cela aurait pris une autre tournure...

@ fée d'hiver :
Merci. Mais l'hiver n'est vraiment pas ma saison, croyez-moi.

MamzelleCoccinelle a dit…

Moi qui cherchais une idée de menu pour la suite de mon récit... On va peut-être opter pour les pâtes au basilic finalement... Il paraît en plus que c'est aphrodisiaque... :)

Bises douces

Vennusse a dit…

Après la carte des menus, voilà arriver enfin le plat de résistance et sans entrée. Ca tombe bien, je n’en prends jamais ;-)
Votre repas m’a mise en appétits ! Quel dommage, je n’ais rien à me mettre sous la dent, là de suite….vous resterait-il un soupçon de vigueur (rires) pour calmer ma faim ?
Bises Affamées

lucie54 a dit…

excitant !

cheyenne a dit…

....voilà un bien exitant récit....je reviendrai plus souvent...les recettes ont l'air fameuses par ici

Cheyenne

Kinky a dit…

@ mamzellecoccinelle :
Il semblerait qu'elles le soient, à moins que ce soit "elle"...

@ vennusse :
Oh mais dites donc, vous êtes une gourmande vous !
(notez coomment je feins la surprise)

@ lucie54 :
Merci !

Kinky a dit…

@ cheyenne :
Merci. Je vais ouvrir mon restaurant si ça continue...

Anonyme a dit…

Humm ca me laisse la langue pendante je vais me mettre a la cuisine ;-)

noir intense 35 a dit…

Alors entre le restaurant, l'aspiration à baiser toutes vos lectrices et celle de vous trouver une muse, mon ami, vous avez de grands projets ...sourire...il va vous falloir une belle énergie...faites attention à ce que ça ne finisse pas par sentir le brûlé au bout du compte...

Vennusse a dit…

Rires
Effectivement, vous feintez très bien la surprise...mais le contraire m’aurai surprise :o))

Cara Mia a dit…

Chez moi, on fait aussi la soupe au pistou avec du basilic... mais je n'ai jamais tenté cette version, pourquoi pas... me sens un peu seule dans ma cuisine :))

Arthémisia a dit…

2 petits détails ...
1 - le basilic au Moyen age était une des formes que prenait Satan (une espèce de dragon)
2 - dans la religion orthodoxe on le vénère car il serait la première plante qui aurait poussé au pied de la Croix du Christ...

Une hésitation entre bien et mal...

Arthémisia

cheyenne a dit…

un restau dis tu...tu me donneras l'adresse alors !

armandie a dit…

le basilic se révèle à mes yeux sous un autre angle. Les scènes dans les cuisines sont toujours trés intéressantes.
Plein de baisers
Armandie

Athena a dit…

Eureka!

Depuis plusieurs jours je me demandais ce qu'il y avait de particulier dans vos textes...Comment reussissez vous à tous les coups à me faire vibrer, moi qui suis loin d'être libertine et de surcroît possessive...

Pourtant, vous, je vous supplierais d'écrire encore et encore...

Ce sont vos mots, quelque soit votre partenaire, vite on prends corps avec elle, on se substitue à elle...

Vous éveillez mes sens...et maintenant mes papilles...sourire..

Merci.

Anonyme a dit…

c'est aussi comme ça que j'aime préparer les pastas!!!!
bisous, ravie...
K.

Kinky a dit…

@ anonyme :
Ravi de vous inspirer

@ noir intense 35 :
Oh mais ce n'est même pas le dixième de mes projets ;-)

@ vennusse :
Rires...

@ arthemisia :
Merci pour ce petit cours d'histoire ! Très intéressant...

@ cheyenne :
Oui un restau. Les serveuses y seront jolies et seins nus. Rires...

@ armandie :
Qui aurait pu croire qu'il serait à la base de telles pulsions

@ athena :
Merci pour ces compliments. Pas besoin d'être libertine... Je ne fais pas de ségrégation. Rires...

@ K :
Vous savez donc de quoi je parle ;-)

ange a dit…

Moi aussi j'adore l'odeur et le goût du basic... Jolie histoire :-)