mardi 4 mars 2008

Déjeuner sur l'herbe

"Bonjour Kinky, on déjeune ensemble demain ?".

Je n’avais plus de nouvelles de F. depuis plusieurs mois. F. est une jeune femme souriante et compliquée avec qui j’ai eu une aventure il y a un an. Une petite brune déchirée entre son attirance pour la chose religieuse et ses élans hédonistes. Une lutte interne entre des aspirations on ne peut plus incompatibles difficile à gérer au quotidien mais qui fait des étincelles à l’horizontale.

Lorsque je passe la prendre au travail, elle a préparé un panier plein de bonnes choses pour un pique-nique bucolique dans un parc voisin. Entre deux bouchées nous discutons de boulot, de politique (un grand sujet d’engueulades entre nous), de nos petites aventures et de notre vie sentimentale. Je lui rappelle que les dernières nouvelles que j’ai eues d’elle étaient un SMS me proposant un plan à 3 avec son copain de l’époque. Elle sourit mais ne rougit pas. Raté.

Elle me raconte les quelques mois de sa relation avec cet homme pas encore divorcé et déjà ailleurs, leurs virées en moto, ses envies de sodomie, son refus et son incapacité à éjaculer. Je lui parle de ma rencontre en aveugle, de ma relation avec Elle, de mes soirées plurielles. Elle sourit. Ses yeux semblent me dire avec tendresse « tu ne changeras jamais ».

Alors qu’elle me raconte son hilarante rencontre avec un jeune meetic boy qui « sent le vieux », ma main se pose sur sa cuisse. Avant de glisser rapidement sous sa jupe. Elle jette un regard autour d’elle. Personne en vue, hormis un couple au loin qui discute assis sur une balançoire et un petit vieux sur un banc qui donne du pain aux pigeons.

Elle s’approche, me fait face, me sourit et écarte les cuisses. Ma main s’y engouffre, mes doigts caressent ses cuisses, remontant jusqu’à la naissance de son sexe, l’effleurant. Elle ferme les yeux et écarte encore les cuisses. Je caresse ainsi son sexe un long moment à travers ses dessous humides. Je sens sa respiration s’accélérer et mon sexe durcir.

J’écarte son string et glisse un doigt dans sa chatte humide, que je pénètre lentement. Elle scrute à nouveau rapidement les alentours. Son regard, intense et provocant, lorsqu’elle relève sa jupe me foudroie. Je glisse un second doigt dans son sexe ouvert et dégoulinant. L’envie me vient d’immortaliser l’instant. Tout en continuant à la doigter, je me saisis de mon téléphone portable et prend quelques clichés. Elle écarte encore un peu plus les cuisses et jouit bruyamment.

Suffisamment bruyamment pour alerter le petit vieux sur son banc. Nous rions mais restons paralysés. Je bande comme un fou. Ce dont elle se rend compte en passant sa main sur mon entre-jambes, qu’elle caresse lentement. A mon tour de fermer les yeux. J’imagine sa langue caressant mon gland, sa bouche avalant ma queue.

Je rouvre les yeux lorsqu’elle déboutonne mon jean et sors mon sexe. Au loin je découvre le petit vieux qui s’éloigne d’un pas lent et mal assuré. Heureuse initiative. Une brise fraiche et agréable vient caresser ma queue qu’elle branle lentement, avant de la prendre en bouche.

Je suis à deux doigts de jouir lorsqu’une mère de famille et ses deux jeunes enfants s’engouffrent dans l’allée adjacente. Je me rhabille précipitamment. Elle est prise d’un fou rire communicatif.

Nous regardons l’heure. Nous sommes en retard. Nous nous relevons et prenons le chemin du boulot, ravis et frustrés.


15 commentaires:

la dame du bac a dit…

Ceci ne peut être qu'une fiction, au vu du temps qu'il fait en ce moment :p
Ou alors vous êtes parti en Polynésie Française sans prévenir ?

Effrontée a dit…

Rire, j'ai eu la même réflexion que Dame... soit c'est un souvenir, soit c'est une prédiction... à moins que vous n'ayez migré sous des cieux plus cléments :)
Jolis mots...

lucie54 a dit…

mauvaises langues.....

il ne fait pas si mauvais que ça sous nos cieux.....

l'Ange a dit…

Tout le plaisir est pour nous. Un petit coucou en passant ...

Multi-sourires a dit…

Beaucoup de plaisir à vous lire
Me rappelant un passé identique
C'était dans un bois fort visité
Par des joggeurs un peu désabusés

Merci pour ces mots et bonne journée

ange a dit…

Ton histoire me rappelle des souvenirs agréables... Merci bien :-)
Je t'embrasse

Celle de la rencontre en aveugle a dit…

waouh ! Tu n'as pas oublié et tu en parles encore ! :)

dis donc, t'as pas honte de faire ça presque sous les yeux d'un papy et d'une mère de famille... Le pauvre petit vieux doit regretter amèrement sa jeunesse ! Ou alors est parti vite pour rejoindre mamie et ... !

Anonyme a dit…

J'ai un souvenir qui ressemble à celui-ci, avec une belle brune. Mais on dirait que je ne suis pas le seul.

Kinky a dit…

@ la dame du bac & effrontée :
Mais TOUT n'est que fiction ;-)

@ lucie 54 :
Les clichés ont la vie tenace ;-)

@ l'ange :
Merci !

@ multi-sourires :
Très excitant dites-moi ! Bonne journée à vous.

@ ange :
Vous m'en voyez ravi !

@ celle de la rencontre en aveugle (mais de qui peut-il bien s'agir ?) :
Non, pas honte ;-)

@ anonyme :
Bons souvenirs donc...

Miss Pélisse a dit…

Ah ! Chez moi il faisait le temps idéal pour ce genre de pique-"nique" ces derniers temps...
J'irais bien déjeuner sur l'herbe.

MamzelleCoccinelle a dit…

Pas la bonne météo pour ce genre de repas, mais ça me laisse songeuse et impatiente de voir les beaux jours arriver :)

Kinky a dit…

@ mamzellecoccinelle :
Je suis impatient également de voir les beaux jours arriver, les jambes se dénuder...

M I G a dit…

Hey!

Heureux de découvrir un "collègue" fantasmatique et masturbatoire. Chouette récit!

Kinky a dit…

@ m i g :
Merci !

esperanza a dit…

Vos récits me plaisent... Je les trouvent piquants, presque excitants...ça me rappelle mes virées à la campagne avec un amant... Nous avons tous hâte que les beaux jours reviennent, ne serait-ce que pour cela!