jeudi 28 août 2008

C'est beau une ville la nuit

La ville est aussi belle que de jour et la nuit est d’une agréable douceur. Nous regagnons notre chambre d’hôtel quelque peu éméchés après quelques caipirinhas sirotées sur la terrasse d’un bar diffusant une musique afro-caribéenne muy caliente. Nous empruntons des ruelles étroites, propres aux villes méditerranéennes. Des ruelles malheureusement pas aussi désertes que nous le souhaiterions. Nous trouvons finalement abri sous un porche, presque à l’abri des regards. Nous devons malheureusement prendre la fuite, incommodés par une terrible odeur de pisse. Dommage…

Dans l’ascenseur elle saisit ma main qu’elle glisse entre ses cuisses. Nos bouches joueuses se dévorent pendant que mes doigts caressent son bouton. Ses lèvres ont encore le goût de sucre et de citron vert. Life can be so sweet.

Joueuse et impatiente, elle me caresse l’entre-jambe pendant que je cherche la clé de la chambre que bien sûr je m’efforce de ne pas trouver. L’excitation est si forte que nous aurions sans doute baisé dans le couloir si nous n’avions été dérangés par l’arrivée bruyante de trois jeunes anglaises ivres, buvant du vin au goulot et franchement ridicules dans leurs robes de soirées et chaussures à talons qui me font penser à une version adolescente des héroïnes d’Absolutely Fabulous.

Me reviens soudain l’image de cette jeune anglaise d’une beauté absolument stupéfiante, croisée un soir dans les rues de Brighton en train de vomir dans le caniveau, à moitié nue en plein mois de janvier et tenant à peine debout, qui m’avait balancé un « do you want to shag me ? » qui m’avait fendu le cœur. Je glisse la carte dans la serrure électronique, et nous nous engouffrons dans la chambre.

A peine ai-je le temps de refermer la porte qu’elle me plaque contre le mur, déboutonne mon jean et avale ma queue. Je ferme les yeux et m’abandonne totalement à ses lèvres et sa langue qui savent à merveille m’amener vers de vertigineux plaisirs. Ma petite brune a un don pour se jouer de mon plaisir et me maintenir dans un état de frustration absolument délicieux.

Nous nous débarrassons de nos quelques vêtements superflus lorsque me vient une charmante inspiration. Notre chambre est idéalement située, à l’angle de deux rues animées et fréquentées sur lesquelles une grande baie vitrée nous offre une vue magnifique. J’ouvre les rideaux et l’attire à moi. « Mais tu es fou » me dit-elle. Je la plaque contre vitre et la pénètre par derrière avant qu’elle n’ait le temps de réagir. Nous dominons une foule clairsemée de touristes et promeneurs et offrons une vue insolite aux habitants d’un immeuble en vis-à-vis. Une jolie carte postale.


19 commentaires:

aliana a dit…

délicieu mélange de peur et d'excitation...

alyssa a dit…

super excitant et diablement tentant...
bises

Une Brune qui compte pas pour des Prunes a dit…

Humm! J'adore ces moments là ou nous pouvons être surpris, ca amplifie l'excitation. J'aimerais un jour "être" vue avec mon amant, pourquoi pas, car le balcon de sa chambre donne presque sur un autre balcon...Qui sait un jour le tenterais-je à essayer. Bisous d'aprés-midi!

Kinky a dit…

@ aliana :
Merci. Pas vraiment de peur, surtout de l'excitation ;-)

@ alyssa :
Merci !

@ une brune... :
Tentez l'expérience, ça en vaut la peine !

Agatha a dit…

Mon amoureux est exhibitioniste et je suis plutôt du genre "pudique"... Mais je pense qu'avec un peu d'entraînement, cela me plairait beaucoup de faire plaisir à d'autres voyeurs ;).

Prune a dit…

Oui je crois que je vais tenter l'experience, trés prochainement Bisous du metin!

Foldenvy a dit…

Voilà un magnifique texte, comme je les aime ! Romantisme (hormis le passage sur l’odeur de pisse ! Hi ! Hi !) Sensualité, érotisme... Hum ! Un régal pour mon esprit coquin !
Mais, dis-moi, c’est quoi des « caipirinhas » ? Je pense à un cocktail de là-bas, et à lire tes phrases, c’est sucré et au citron vert.
Je t’embrasse.

cali a dit…

C'est ce que j'appelle un jeune homme adorable, pas au sens il est bien brave hein...

Kinky a dit…

@ agatha :
allez-y pas à pas ;-)

@ prune :
Vous me raconterez ?

@ foldenvy :
Merci !
Ce sont des cocktails brésiliens à l'origine, à base de cachaça, sucre de canne et citron vert.

@ cali :
Merci. Je crois que vous m'idéalisez. Rires...

Anonyme a dit…

Comment ça ? vous n'êtes pas aussi obéissant qu'il y paraît ?
Quelle déception en effet pffff
sourire
cali

Lilou a dit…

Qu'il peut être agréable de vivre dangereusement! C'est un bien beau récit!
Bisous

Kinky a dit…

@ lilou :
Merci. Bisous

Kinky a dit…

@ cali :
Je peux l'être mais ça se mérite ;-)

LadyZophia a dit…

La chanceuse! ^^

Kinky a dit…

@ ladyzophia :
N'est-ce pas !
Rires...

chimeres a dit…

Délicieux tout ça!
Et franchement, bravo...passer de la vision d'une classieuse anglaise vomissant dans le caniveau, à celle plus glamour de votre brune à la fenêtre en quelques lignes, bravo! ... mais il s'en passe des choses, dans votre tête, juste "avant"!

Kinky a dit…

@ chimères :
Merci !
J'aime bien passer du classe au pas classe et inversement.
Il s'en passe toujours dans ma tête, tout le temps...

chimeres a dit…

c'est rassurant (pour la tête) ;o)

Kinky a dit…

@ chimères :
Oui je crois ;-)