jeudi 12 avril 2012

No zob in job

Un open-space est un étrange écosystème. Auquel j’ai fini par m’habituer à ma grande surprise. Il y a cette trentenaire ultra-gaulée (et qui le sait) qui me répond à peine quand je lui dis bonjour le matin mais que je surprends souvent en train de m’observer du coin de l’œil. Il y a deux stagiaires aussi craquantes que discrètes. Si je n’avais trouvé un prétexte pour aller voir tout ça de plus près je crois que je n’aurais jamais entendu le son de leur voix. Je crois que toute ma vie j’aurai une attirance particulière pour les vingtenaires plus. Il y a une quadra effacée et terne qui fit les frais de mon bizutage et depuis s’est imaginée qu’il n’y avait pas de fumée sans feu. Il y a cette brune plutôt jolie qui bosse à la relation client et dont le métier, que je n’exercerais pour rien au monde, a dotée d’une armure d’apparente dureté. Et puis il y a cette blonde qui ressemble tant à cet amour platonique qui m’a fait souffrir il y a quelques années que j’en ai été un peu déstabilisé lors de nos présentations. Même physique, même style, même background. Un clone. Troublant !

J’ai eu, je dois l’avouer, un cas de conscience cet après-midi. Est-ce vraiment raisonnable d’avoir fini par accepter la demande de rendez-vous de cette femme, qui représente un fournisseur avec lequel je ne travaillerai jamais, juste parce que je suis allé voir sa photo sur Viadeo ? Probablement pas. Pas plus que d’avoir réservé pour l’occasion le seul box sans fenêtre. Mais parfois on a besoin de se créer des illusions de possibles.

4 commentaires:

karine a dit…

" Il y a cette trentenaire ultra-gaulée (et qui le sait) qui me répond à peine quand je lui dis bonjour le matin mais que je surprends souvent en train de m’observer du coin de l’œil. Il y a deux stagiaires aussi craquantes que discrètes "

Vous devez être sûrement très attirant kinky :)

Sixtine a dit…

Sans fenêtre, mais avec des micros ? Quoi ? On peut nous aussi fantasmer ? ^^

Kinky a dit…

@ karine :
Evidemment !

Kinky a dit…

@ sixtine :
Ah je n'avais pas pensé aux micros... zut alors !