vendredi 17 octobre 2008

Un matin d'automne

Comment ne pas tomber sous le charme d’une jeune femme d’une vingtaine d’années qui se rend à un premier rendez-vous avec un inconnu dans une chambre d’hôtel avec un gode-ceinture dans son sac ?

Début d’après-midi. Je l’attends assis sur le lit, les yeux bandés, tel que me le demandaient les instructions reçues par texto quelques minutes plus tôt. Nu ou habillé ? Elle n’a pas précisé son souhait. J’hésite quelques instants. Lui offrir dès son entrée dans la chambre le spectacle impudique de mon corps nu - et probablement de mon sexe au garde à vous - ou jouir du plaisir d’une lente découverte ? S’il y a quelque chose de terriblement excitant à se retrouver nu et en érection face à une femme habillée, que vous ne pouvez voir qui plus est, j’opte finalement pour la seconde solution. A mon grand désespoir, je ne choisis pas toujours pour les alternatives les plus déraisonnables.

La porte s’entrouvre et j’entends des talons résonner sur le carrelage de la chambre joliment décorée. Nous y voilà. Enfin. Sans mots dire, elle me rejoint sur le lit, m’allonge sur le dos, me caresse et promène ses lèvres sur mon corps, dans mon cou. J’aime cette passivité, me laisser guider. Mais je suis impatient de découvrir son corps, ses courbes, son goût. Mais joueuse, elle se soustrait à mes caresses, à mes tentatives de baisers. J'aime le jeu. Je m’abandonne totalement à ses caresses.

Je frissonne lorsqu’elle ôte mes vêtements un à un, goûte ma peau, pince ou mordille mes tétons. Elle me laisse enfin la liberté de la toucher. J’explore ses courbes du bout des doigts et m’enivre de son odeur. Je frémis de plaisir lorsqu’elle fait glisser mon boxer, embrasse mon sexe et promène sa langue sur ma queue. Se mettant en position pour un 69 dont je rêve depuis de longues minutes, elle offre sa croupe à ma bouche. Je savoure le premier contact de ma langue sur son sexe humide comme on savoure un vin rare. Délicieuses saveurs sucrées. Ma langue caresse ses lèvres, son clito, son petit trou avant de pénétrer son sexe juteux. Nous jouons un moment à nous découvrir, moi en aveugle, elle profitant de ses cinq sens. Puis elle déroule un préservatif sur ma queue et s’y empale.

Malgré une nuit plutôt courte, nous nous réveillons au petit matin, d’excellente humeur. Nos mains ne tardent pas à explorer. Il ne nous vient même pas à l’idée d’aller prendre un petit déjeuner. Dans quelques heures nous devrons nous quitter et nous voulons profiter du temps qu’il nous reste. Elle me fait part de cette envie qu’elle a eu la veille de me sodomiser. Je lui avoue que je n’aurais pas été contre. Elle sort le gode-ceinture dont elle m’a parlé la veille. Je suis un peu impressionné par la taille l’engin. Tout est relatif bien sûr… mais tout de même c’est d’un autre calibre qu’un doigt dont j’ai plus l’habitude. A ma grande joie elle me propose de m’attacher et de me bander les yeux. Elle connait mes fantasmes de soumission.



Me voici donc ligoté et totalement à sa merci, pieds et poings liés aux montants du lit. Elle a eu le bon sens de louer la seule chambre de tout l’hôtel à proposer un lit à barreaux. Je suis épaté par son sens de l’organisation et imaginer cette jeune fille qui semble si innocente demander une chambre avec barreaux au lit, dans le but prémédité d’attacher et sodomiser un amant, m’excite terriblement.

La voir enfiler l’objet du délit est un spectacle délicieux et un peu angoissant. J’imagine ce que ressens une femme inexpérimentée face à un amant raide de désir qui lui propose de l’enculer. Elle me passe le bandeau sur les yeux. Je me prive de son regard mais étrangement il me semble plus facile (et plus excitant) de m’offrir ainsi en aveugle. Pudeur idiote. Au-delà du plaisir éprouvé par la stimulation d’une zone érogène, il y a je crois le plaisir de s’offrir à sa partenaire. La prochaine fois peut-être n'aurai-je pas peur de son regard.

Elle me branle et me suce avec beaucoup de savoir-faire. Mon excitation est plus que visible, mais sent-elle mes craintes ? J’ai toute confiance en elle. admirable complice de luxure. Ma crainte est surtout de ne pas aller au bout, de baisser les armes, lâchement. Ne pas penser, se détendre et profiter. Un doigt se promène entre mes fesses, caresse mon anus qui s’ouvre peu à peu. J’ai une soudaine envie d’y sentir sa langue. Je n’ai pas le temps de lui formuler mon souhait que son doigt fait une entrée en douceur et se fraye un chemin.



Son doigt ayant pris ses aises et se trouvant désormais en terrain conquis, elle me détache les chevilles et me demande de me retourner, de lui présenter mon cul, passif et soumis, à quatre pattes sur lit. Je m'exécute. Je sens la fraicheur du gel lubrifiant et deux doigts me pénètrent. Mon petit anneau se détend peu à peu. Sensation agréable. C’est au tour du braquemard en silicone d’entrer en jeu. Gémissement incontrôlé. De surprise ? De douleur ? De plaisir ? Un peu des trois probablement. Je pense à notre voisine dans la chambre d'à côté, touriste anglophone, dont on entend tous les faits et gestes à travers la mince paroi qui sépare nos chambres. Non sans excitation.

Elle me pénètre lentement. Alternance de petites douleurs et de plaisirs, de petites résistances et d’avancées prometteuses. A chaque nouvelle avancée c’est une petite douleur, assez indescriptible, comme un écartèlement intérieur, qui m'en fait craindre une bien plus forte au prochain coup de rein de ma belle amante. Mais mon petit trou s’adapte peu à peu à l’envahisseur, et régulièrement ouvre la porte à une nouvelle vague de plaisir. A sa demande je remue les fesses pour bien sentir les centimètres que je lui abandonne. J’apprends à apprivoiser la bête.



Le plaisir, la douleur, le défi, l’abandon. Tout est hors norme dans ce que je ressens. Ces coups de reins se font plus violents et je me découvre une nouvelle capacité de résistance, d’acceptation et d’adaptation. Je me demande ce qu’elle ressent, le plaisir que lui procurent ce pénis factice et le pouvoir qu’il lui donne. Elle saisit ma queue qu’elle branle lentement. Habile diversion, destinée à m’assener les ultimes percées en terres ennemies. Elle est désormais toute en moi et ses coups de reins sadiques s’accélèrent, jusqu’à ce que je perde totalement prise avec le réel, et finisse par lui réclamer un cessez-le-feu.

27 commentaires:

Agatha a dit…

Le récit, très joliment écrit je trouve, ne dit pas si vous avez éprouvé du plaisir ? Je suppose que la découverte de sensations toutes nouvelles a pris le pas sur la jouissance, non ?

J'ai déjà expérimenté l'anulingus et bien sûr le reste (avec doigté et caresses) mais j'avoue que la pénétration avec un gode-ceinture ne m'a jamais interpellée. En tout cas, la jeune femme sait y faire ;-)

Mme Noire a dit…

Bon, c'est plus joliment écrit que chez moi ... mais le résultat est le même. Sourire

VéroPapillon a dit…

Texte très excitant et joliment illustré (c'est toi ? je demande parce que les hommes arrivent à faire des trucs incroyables avec leurs appareils photos)

Un blind date, des fantasmes de soumissions, le plaisir de sodomiser un homme...ça me dit quelque chose...amusant...

Bises de papillon

Effrontée a dit…

La soumission vous sied à merveille !
J'adore !

Miss Pélisse a dit…

Et moi qui croyais que jamais vous n'oseriez nous raconter cela...
Décidément, je ne comprendrai jamais rien aux hommes !!

Kinky a dit…

@ agatha :
Vous trouvez ? Oui j'ai éprouvé du plaisir. Bien sûr. C'est un plaisir mêlé de pleins de choses...

Je ne sais pas si c'est un fantasme pour beaucoup de femmes.
Oui, elle talentueuse ;-)

@ madame noire :
Sourire. Chez vous il y a(vait) bien d'autres chose en jeu si j'ai bien compris votre propos.

@ véropapillon :
Merci. (Oui mais il faut féliciter la miss qui s'est chargée d'immortaliser le moment)

Bises

@ effrontée :
Merci !!!

@ miss pelisse :
Je vous avoue que j'y ai réfléchi un peu avant de publier.
Peut-être parce que chaque homme est différent ;-)

Soleildejuillet a dit…

Ce matin d'automne est si joliment raconté qu'il en deviendrait presque tentant ;o)
J'aime tout ce que cela a éveiller en moi
Ce fut un vrai plaisir de te lire :o)

Multi-sourires a dit…

Un texte plein de douceur
merci à vous pour cette langueur
cette beauté dans les mouvements
ce désir de se donner totalement

Je reconnais que c'est en effet rare
de voir un homme parler sans fard
de l'acte d'être soumis avec plaisir
vous m'avez énormément surprise Kinky

noir intense 35 a dit…

Eh bien vous voilà fort d'une toute nouvelle expérience...j'ai toujours su que vous étiez un homme qui savait s'adapter à toutes les situations...

Emeline a dit…

On ne vous a jamais dit de vous mefier des jeunes demoiselles a l'air innocent ?

S. a dit…

Comment on dit, encore ? ... éclectique, c'est ça ?? :)

chimeres a dit…

Difficile de vous dire toute l'émotion ressentie à la lecture de votre histoire! elle fait résonner si fort la mienne, vécue il y a moins d'une semaine!
Mon amant et moi jouons aux jeux de soumission et domination en alternance: j'aime m'abandonner à ses désirs les plus fous, mais lorsqu'il se donne à son tour, c'est une vraie communion. Pour la première fois, j'ai revêtu un gode ceinture. Il s'est donné. A la caresse de ma langue, de mes doigts, à la morsure de mes coups de reins...tendre morsure: j'étais très attentive à son plaisir, et j'avais peur de lui faire mal. Ce que j'ai ressenti, à travers ce don de soi qu'il m'a offert, est au delà des mots...c'est une jouissance cérébrale intense. Mais très vite, j'ai ressenti le besoin de renverser la situation, de me donner à mon tour...

Unevie a dit…

Très bon texte, merci! :D

Mme Noire a dit…

Oui Kinky ... ça doit être mon côté trop sentimental ;-)

Anonyme a dit…

excitante histoire, queb mon homme m'a offerte la meme apres-midi, l'angoisse et l'excitation d'attendre nue.....et la liberation dans le plaisir!!
bises
tania
www.votretania.com

Kinky a dit…

@ soleildejuillet :
Merci. Et qu’est-ce que cela a éveillé en vous ?
Tout le plaisir est pour moi.

@ multi-sourires :
Merci ! Ravi de vous surprendre encore.

@ noir intense 35 :
A toutes les situations, je ne sais pas. Peut-être me surestimez-vous. A celles qui ont un fort potentiel de plaisir, sûrement ;-)

@ emeline :
On a dû me le dire mais je n’écoute pas souvent les conseils que l’on me donne. Et pour le coup j’ai bien fait ;-)

@ s :
Dans certaines limites ;-)

@ chimères :
Merci. Heureux hasard. J’aime bien cette idée d’alternance. C’est intéressant de lire la façon dont vous avez ressenti les choses, en tant que dominante (attentive). Il est évident que pour la femme sodomisatrice, il y a une grande part de jouissance cérébrale. La mienne le fût aussi partiellement.

@ unevie :
Merci !

@ madame noire :
Sans doute…

@ tania :
Merci. Délicieux, n’est-ce pas ?
Bises.

f. a dit…

sur le fond, je suis aux antipodes.
sur la forme, je crois que tu as pondu (sans doute) "La" note de Q définitive. Le truc après lequel tous les blogueurs courrent comme des poules sans tête.

Kinky a dit…

@ f :
Merci, c'est un joli compliment.

Prune a dit…

Bien écrit et en plus ca confirme ce que je pensais lol!! En fait beaucoup d'hommes aiment ce genre d'experience! Et beaucoup aimeraient,connaitre cette autre façon de connaître,du plaisir! Mais peu osent l'avouer à leur compagne! Bravo pour ce dévoilement supplémentaire!! Bisous!!

Kinky a dit…

@ prune :
Il est certain qu'il y a des hommes qui ont ce fantasme et n'ose pas (se) l'avouer. Pour ma part, ça été longtemps un vague fantasme. Puis il s'est précisé et l'occasion s'est présentée. Maintenant je ne sais pas si c'est le fantasme de beaucoup d'hommes. C'est un acte de soumission et la plupart des hommes me semblent-ils sont plus portés vers la domination.
Merci. Bisous

Prune a dit…

Heu je sans prétention aucune, je connais un tout petit peu les hommes lol et parmi ceux que j'ai rencontré beaucoup auraient aimé, ou aimait faire cela! C'est justement par qu'ils aiment dominer aussi que tant ne l'avoue pas a leur compagne et ne se l'avoue du coup pas à eux même non plus!! Bisous!!

Kinky a dit…

@ prune :
Mais loin de moi l'idée de prétendre que vous ne connaissez pas les hommes, je réfléchissais à voix haute ;-)

Mme Noire a dit…

Spontanément, nous croyons tous que nous sommes faits pour dominer. C'est notre culture qui nous éduque ainsi. Mais beaucoup d'hommes aiment être des soumis. Il n'y a qu'à trainer un peu dans le milieu SM.
Pour moi l'acte de sodomie est plus un don qu'un abandon, qu'il s'agisse d'une femme ou d'un homme. Pas besoin de rapport de D/s pour la pratiquer.
Par ailleurs, parce qu'ils ont une prostate (organe sexuel extraordinaire ;-)) les hommes sont, à mon sens, plus "adaptés" à se faire sodomiser que les femmes. Aucun ne devrait se priver d'un tel plaisir...
Sourire

PS : qq fautes dans mon précédent commentaire

Prune a dit…

LOL pas de soucis. Mais bon j'ai encore beaucoup,de choses à apprendre sur eux!!

Comme une image a dit…

Merci de nous offrir ce témoignage plutôt rare.

(Je lis entre les lignes et je repense à cette nuit où j'ai offert mon cul à une – vraie – queue et j'ai l'impression que ces deux expériences se ressemblent vraiment, y compris pour ce que j'ai cru lire entre les lignes ; je mets juste un bémol : pour moi, ce n'était pas un acte de soumission.

Kinky a dit…

@ madame noire :
Je suis d'accord avec vous, c'est aussi un don. Il se trouve que pour mon cas personnel l'aspect soumission ajoute encore au charme de la situation mais il est évident que cette pratique peut être vécue sans rapport de D/s.

@ prune :
Je crois que cet infini ;-)

@ comme une image :
Merci. Même réponse qu'à Madame Noire, la soumission est pour mon cas personnel une valeur ajoutée.

Christophe a dit…

vraiment bien raconté tout ça !
ayant eu la chance de vivre la même expérience ça m'a donné envie de recommencer vite !